Les ressources des personnes âgées

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires, dans une société pour tous les âges

Au 1er janvier 2019, un quart de la population française a 60 ans ou plus, une proportion qui devrait fortement augmenter dans l’avenir. Si, en 2017, le niveau de vie des seniors est, en moyenne, meilleur que celui des personnes plus jeunes ; celui des personnes âgées en situation de perte d’autonomie est plus souvent modeste. En particulier, le taux de pauvreté des plus âgés, est dans l’ensemble de 8 %, contre 16 % pour les moins de 60 ans, mais il s’élève à 13 % parmi les seniors en perte d’autonomie.

Un niveau de vie en moyenne plus élevé, sauf pour les personnes en perte d’autonomie Le revenu des ménages dont au moins un des membres a 60 ans ou plus diffère légèrement selon qu’ils comptent ou non un senior en situation de handicap ou de perte d’autonomie. Ainsi, en 2017, la part du revenu disponible lié à des revenus de remplacement et des pensions alimentaires (principalement les retraites et les pensions d’invalidité) est de 75 % parmi l’ensemble des ménages comptant au moins un senior, contre 82 % pour les ménages dans lesquels au moins une des personnes de 60 ans ou plus est en situation de perte d’autonomie. Ces derniers sont moins nombreux, en proportion (19 % contre 28 %), à percevoir encore des revenus d’activité, qui représentent 14 % de leur revenu disponible en moyenne, contre 24 % dans l’ensemble des ménages dont un des membres a au moins 60 ans. À l’inverse, le poids des prestations sociales dans le revenu disponible est plus élevé (5,3 %) dans les ménages composés d’au moins une personne de 60 ans ou plus en situation de perte d’autonomie que dans l’ensemble des ménages comptant au moins un senior (2,6 %). Les premiers sont 26 % à percevoir des prestations sociales, contre 18 % de l’ensemble.
Les personnes âgées de 60 ans ou plus ont globalement un meilleur niveau de vie que celles de moins de 60 ans. En effet, 42,2 % des moins de 60 ans ont un niveau de vie dit « modeste »5, contre 33,7 % de leurs aînés (graphique 3). Alors que 16,1 % des personnes de moins de 60 ans sont pauvres au sens statistique du terme, 8,3 % des 60 ans ou plus le sont également. Ce résultat tient notamment à la structure des ménages des personnes de 60 ans ou plus, qui est prise en compte pour le calcul du niveau de vie. En effet, celui-ci est calculé en rapportant le montant des revenus du ménage, net d’impôts, au nombre« d’unités de consommation
dans le ménage. Le plus faible nombre d’unités de consommation dans les ménages de personnes de 60 ans ou plus, lié notamment au fait que ces ménages ont plus rarement des enfants à charge, fait plus que compenser leur revenu disponible en moyenne plus faible. En distinguant les 60 ans ou plus selon leur perte d’autonomie, le constat diffère. Le niveau de vie des personnes en perte d’autonomie est inférieur à celui
des autres seniors : la part de personnes modestes est de 46,6 % parmi les premières, contre 31,0 % parmi les seconds, et le taux de pauvreté respectivement de 12,9 % et 7,5 %. De plus, les personnes de 60 ans ou plus en situation de perte d’autonomie sont aussi plus fréquemment modestes que celles de moins de 60 ans. Elles sont cependant moins souvent pauvres. L’écart de niveau de vie moyen selon la situation d’autonomie au sein des 60 ans ou plus est pour partie lié à l’âge. En effet, les seniors en perte d’autonomie sont en majorité les plus âgés et appartiennent aux générations plus anciennes, dont les retraites sont plus faibles

Ce résultat tient notamment à la structure des ménages des personnes de 60 ans ou plus, qui est prise en compte pour le calcul du niveau de vie. En effet, celui-ci est calculé en rapportant le montant des revenus du ménage, net d’impôts, au nombre « d’unités de consommation » dans le ménage. Le plus faible nombre d’unités de consommation dans les ménages de personnes de 60 ans ou plus, lié notamment au fait que ces ménages ont plus rare- ment des enfants à charge, fait plus que compenser leur revenu disponible en moyenne plus faible.

En distinguant les 60 ans ou plus selon leur perte d’autonomie, le constat diffère. Le niveau de vie des personnes en perte d’autonomie est inférieur à celui des autres seniors : la part de personnes modestes est de 46,6 % parmi les premières, contre 31,0 % parmi les seconds, et le taux de pauvreté respectivement de 12,9 % et 7,5 %. De plus, les personnes de 60 ans ou plus en situation de perte d’autonomie sont aussi plus fréquemment modestes que celles de moins de 60 ans. Elles sont cependant moins souvent pauvres. L’écart de niveau de vie moyen selon la situation d’autonomie au sein des 60 ans ou plus est pour partie lié à l’âge. En effet, les seniors en perte d’autonomie sont en majorité les plus âgés et appartiennent aux générations plus anciennes, dont les retraites sont plus faibles.

Source : Rapport de la DREES sur l’action sociale locale. Le thème de ce numéro : les ressources des personnes âgées : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/communiques-de-presse/article/l-aide-et-l-action-sociales-en-france-perte-d-autonomie-handicap-protection-de

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) est une direction de l’administration centrale des ministères sanitaires et sociaux.

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) est une direction de l’administration centrale des ministères sanitaires et sociaux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article