Emmanuel Macron écarte le confinement prolongé des seniors

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires, dans une société pour tous les âges

Ouff !!!  Or Gris et bien d'autres préparaient des textes de protestation.

 

Le chef de l’État s’en remet à la «responsabilité individuelle» de chacun, alors que les critiques sur un possible confinement à rallonge pour les plus de 65 ans se multiplient.

 

La pression était devenue trop forte. Face à la montée en puissance de la polémique sur le maintien du confinement pour les plus de 65 ans après le 11 mai, Emmanuel Macron a décidé d’éteindre rapidement l’incendie. L’annonce est tombée vendredi, en début de soirée, directement de l’Elysée. Sans attendre la conférence de presse du premier ministre, prévue dimanche. Le président de la République «ne souhaite pas de discriminatio n» des personnes âgées dans le cadre du déconfinement progressif après le 11 mai et «en appellera à la responsabilité individuelle» de chacun », a précisé l’Elysée vendredi soir.

Cette mise au point est intervenue alors que « les déclarations du professeur Jean-François Delfraissy » avaient enflammées le débat. Mercredi, devant le Sénat, le président du Conseil scientifique sur le Covid-19, avait indiqué d’un ton affirmatif que 18 millions de personnes, les plus à risque de développer une forme grave du coronavirus, dont les « personnes d’un certain âge, au-dessus de 65 ou de 70 ans », resteraient confinées après le 11 mai. Pour « ces 18 millions de personnes, ce n’est pas un scoop, on continuera le confinement, a répondu l’immunologiste. Pour combien de temps ? Je ne sais pas, en attendant qu’on trouve peut-être un médicament préventif ».

La semaine dernière déjà, une déclaration de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans le journal allemand Bild, sur un confinement des seniors jusqu’à Noël, avait échauffé les esprits. Emmanuel Macron, dans son allocution de lundi soir, avait également évoqué un confinement plus long pour les « personnes les plus vulnérables » et les « personnes âgées », sans préciser le caractère contraignant ou non de cette mesure.

 

Nombre de retraités, qui se sentent déjà mal aimés d’une politique gouvernementale tournée vers les actifs, imaginaient déjà le pire.

L’évocation d’une assignation à domicile prolongée pour les aînés avait beau être floue, elle a suscité une levée de boucliers chez les plus de 65 ans, nombreux à se dire aussi vaillants que leurs cadets. La colère des retraités, agacés de se sentir « infantilisés » ou « discriminés », étaient en train de monter. Se sentant déjà mal aimés d’une politique gouvernementale tournée vers les actifs, les seniors imaginaient déjà le pire. Allait-on leur distribuer des amendes après vérification de leur date de naissance sur leurs papiers d’identité ? Très engagés dans les associations caritatives, au premier plan dans les mairies, indispensables pour la garde des petits-enfants, ils déploraient aussi de voir leur utilité sociale niée.

« Solitude sans espoir »

Dans la soirée de jeudi, l’Académie Nationale de médecine a pris position avec force contre un déconfinement par tranche d’âge. « La tentation simplificatrice consistant à gérer cet épisode par tranches d’âge et à imposer aux personnes âgées, au nom de leur propre protection, de rester confinées n’est pas satisfaisante », juge l’institution. L’Académie dénonce un « amalgame » entre personnes âgées, personnes en situation de handicap ou affectées par des maladies chroniques. « Vaut-il mieux prendre un risque contrôlé en respectant les gestes barrières pour vivre avec les autres, ou s’étioler dans une solitude sans espoir? Un tel choix appartient à chacun », insiste l’institution selon qui «vieillir en bonne santé» implique de pouvoir poursuivre ses activités.

Du côté des juristes, le confinement par tranche d’âge soulève aussi bien des doutes. « On peut comprendre l’idée de demander aux personnes fragiles de ne pas sortir de chez elles mais transformer en droit un phénomène statistique sanitaire pose de vraies difficultés juridiques », pointe le constitutionnaliste Didier Maus, qui souligne les risques de « discrimination » et « d’atteinte disproportionnée à la liberté d’aller et venir ».

Une telle mesure devrait également « respecter le principe de dignité de la personne humaine - qui est également un principe constitutionnelajoute le professeur de droit public Guillaume Dragoet répondre à la nécessité de prendre des mesures proportionnées aux risques encourus ».

 

Les vieux sont-ils plus contagieux ? Non. Les vieux sont-ils plus fragiles face au Covid-19 ? Oui, mais c’est leur liberté d’assumer ce risque.

Dans la même lignée, de grandes voix s’élèvent pour protester de manière préventive contre une « insupportable privation des libertés ». Comme celle de l’essayiste Alain Minc, proche du chef de l’État, ulcéré par la perspective d’une assignation à résidence des « vieux ». « Des textes ambigus pour les libertés publiques sont déjà passés. Un confinement par tranche d’âge serait la goutte d’eau qui fait déborder le vase », confie-t-il avant de mettre en garde contre une « révolution des vieux ». Il interroge :

  «Les vieux sont-ils plus contagieux? Non. Les vieux sont-ils plus fragiles face au Covid-19? Oui, mais c’est leur liberté d’assumer ce risque. Le seul argument valable pour justifier le confinement des plus de 70 ans pourrait être la volonté de ne pas encombrer les services de réanimation. Mais adopter des mesures en lien avec l’âge serait une négation de la philosophie même de l’Assurance-maladie à la française »

« Méfions-nous de l’hubris des épidémiologistes, tacle-t-il enfin. On ne peut pas accepter qu’un pouvoir scientifique bringuebalant se substitue au pouvoir politique » Et de prédire que les pouvoirs publics auront «la sagesse » d’opter pour des «conseils insistants» plutôt que pour une interdiction formelle.

Par Agnès Leclair, Publié hier à 18:48, dans Le Figaro

Emmanuel Macron écarte le confinement prolongé des seniors
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article