Habitats des possibles : habitats partagés construits avec tous les acteurs - 33-

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires, dans une société pour tous les âges

Habitats des possibles est une association de Nouvelle-Aquitaine fondée sur une intention claire : élargir la palette des choix possibles entre domicile individuel et EHPAD, pour que chaque retraité, notamment rural, même à faibles ressources, dispose d’une nouvelle possibilité d’habitat à proximité de son territoire de vie. 

L’association fondée il y a 3 ans rassemble depuis l’origine des citoyens issus de 3 familles de métiers : travail social, BTP construction, entrepreneuriat social. Ils ont été rejoints par des retraités issus des ateliers participatifs, et désormais 20 bénévoles secondent l’équipe permanente de 4 professionnelles.  

L’offre d’Habitats des possibless’est entièrement construite à travers un processus d’écoute et d’économie. Le concept initialement imaginé par les fondateurs a ainsi été ajusté par les temps de concertation locale qui ont occupé les premiers mois. Les retraités du territoire girondin, comme les experts, ont invité l’association à rester dans le domaine de la location de droit commun plutôt que dans le Code de l’Action Sociale, ont réservé les relations intergénérationnelles à l’extérieur de l’habitat proprement dit, enfin ont pointé la nécessité de rester « frugal »,pour ne pas écarter les revenus limités. 

Aujourd’hui, le métier d’Habitats des possibles est le suivant : monter, avec des communes ou des bailleurs sociaux, des habitats partagés pour retraités. Architecturalement, il s’agit de grandes maisons avec beaucoup d’espaces partagés, dans lesquelles, au lieu de disposer d’une chambre comme dans une colocation, chaque habitant dispose d’un studio indépendant, lui permettant de préserver entièrement sa liberté et son indépendance. 

Ces habitats ont pour particularités d’être à basse consommation énergétiqueet très adaptables au vieillissement du corps, et surtout d’être conçus par les retraités du territoire, qui définissent leurs usages et valident les plans jusqu’à un niveau avancé. 

Via ce processus, le groupe apprend à se connaître et construit la culture de leur maison, les valeurs références, l’organisation pratique et l’entraide futures. 

Habitats des possibles travaille sur ce sujet depuis 3 ans, et 2 projets sont avancés ; Lestiac-sur-Garonne, près de Langoiran, dont les travaux de réhabilitation-agrandissement commencent à l’automne pour une ouverture en 2020, et Castillon la Bataille, qui ouvrira en 2021. Dans les ateliers, une majorité de femmes seules, entre 65 et 90 ans, et quelques couples. 

Les facteurs de réussitetiennent en quelques mots : 

  • Authenticité 
  • Entraide, subsidiarité
  • Sens de l’économie, frugalité

L’authenticité de la démarche participative implique que le travail d’ingénierie de l’association tende vers un respect total : les usages qui vont être définis par les habitants, comme les préférences exprimées entre les propositions de traduction architecturale, seront respectés par l’ensemble des protagonistes immobiliers de par le cadre contractuel mis en place à l’origine. 

Andrée, citoyenne de 75 ans impliquée dans le projet de Lestiac témoigne : « Ce que j’ai trouvé d’important, c’est que l’on allait apprendre à se connaître. Il y avait un cheminement qui se faisait par rapport au projet. (…) Nous allons vivre des choses collectivement : partage de repas, mutualiser nos compétences…J’ai trouvé intéressant de préparer ces moments en fonction de ce que nous sommes avec la tolérance, la bienveillance, le respect de nos paroles, le respect de ce  que nous sommes avec des situations différentes, des  âges différents. Il y a, disons une intergénération…il y a les jeunes retraités, les 60, et puis les 70 ans et les 80 ans et je trouve cela formidable »

La démarche de subsidiarité consiste à s’appuyer sur les ressources de chaque territoire : loin de se positionner dans une démarche de toute puissance hors sol, l’association identifie, avec les élus demandeurs, les ressources du territoire, les qualités des personnes ressources, les particularités locales. Puis elle outille ces élus et acteurs ressources sur les outils de mobilisation de l’habitat partagé, transmet ses retours d’expériences, et se positionne en simple complément professionnel. L’ancrage local ne se décrétant pas, il s’agit, sur chaque territoire, de favoriser l’appropriation d’une possibilité nouvelle.  Sur la période d’expérimentation, Habitats des possiblesa accompagné 4 territoires sur des phases études. Le bilan est que la réussite du projet s’appuie sur trois principaux facteurs : 

  • La résonnance avec les besoins conscientisés du territoire : il est préférable que le manque ait été identifié comme tel par des retraitéset non seulement par des professionnels. 
  • L’image positive de la commune d’accueildu projet, pouvant attirer les habitants des communes voisines
  • Enfin et surtout, la volonté conjuguée des 3 piliers de la démarche : élus, citoyens, acteurs ressources : 
    • En fin d’étude d’opportunité, sans intérêt clairement exprimé par les citoyens et les acteurs ressources, l’association interrompt sa démarche d’accompagnement. 
    • Quant auxélus ruraux, l’expérience a montré que peu importe la diversité des profils, l’enjeu réside dans leur force de convictionet leurcapacité à fédérer. Dans les études pilotes, se sont ainsi fortement mobilisés : un maire agriculteur entouré de 3 adjoints très impliqués, un maire très rural isolé dans ses innovations, un maire également conseiller départemental engagé dans une démarche de revitalisation ambitieuse, un maire conseiller départemental pétri des besoins sociaux de son territoire. 
    • Les financeurs locaux et nationaux, enfin, participent à l’économie du projet en apportant leurs soutiens. Etat, Conseil Régional Nouvelle Aquitaine, Département de la Gironde, mais aussi CARSAT, MSA, membres de l’Agirc Arrco, Fondation de France, Fondation Agir sa vie, Fondation MACIF, …

L’approche du Maire de Castillon-la-Bataille, Jacques Breillat « Nous constatons une forte demande de personnes qui habitent dans la campagne voisine et souhaitent se rapprocher (...)  Désormais, c’est aux participants  de dire comment ils voient les  choses, et d’élaborer un projet de vie avec des espaces de vie  partagés (...) L’étude se cale avec le  travail en cours sur la revitalisation  du bourg, et Habitats des possibles fait un travail remarquable de qualité. »

Allez voir leur site, tout y est, y'a rien à jeter  : https://www.habitatsdespossibles.org/

contact : contact@habitatsdespossibles.org

Florence Delisle-Errard : ‭06 61 95 21 21‬

 

 

Habitats des possibles : habitats partagés construits avec tous les acteurs - 33-
Habitats des possibles : habitats partagés construits avec tous les acteurs - 33-

Actualités 

Pour favoriser l’accès à ces habitats partagés à un plus grand nombre de territoires, l’association lancera du 1erjanvier au 1ermai 2020 un nouvel Appel à Territoirespour identifier les futurs sites d’accueils d’habitats partagés. D’ici là, la pose de la 1èrepierre est prévue pour la mi-novembre à Lestiac-sur-Garonne. Possibilité de rencontrer à cette occasion les acteurs clés du projet, inscription sur demande. 

Réseau de l’Habitat Partagé et Accompagné

Reste qu’on n’agrandit pas la palette de l’offre d’habitats ruraux, si lacunaire, de façon isolée. Dans la continuité de son travail d’innovation sociale et territoriale, l’association Habitats des possibles fait partie des cofondateurs du réseau HAPA (Habitat Partagé et Accompagné) qui propose un réseau d’entraide entre porteurs de projet d’habitats partagés et accompagnés et des prestations d’accompagnement. Pour plus d’information : facebook réseau hapa 

site : www.reseau-hapa.eu

contact : claire.philippe@reseau-hapa.eu

Habitats des possibles : habitats partagés construits avec tous les acteurs - 33-

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article