Les grands débats des précaires, l’envie d’une société plus solidaire et durable

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires, dans une société pour tous les âges

Les grands débats des précaires, l’envie d’une société plus solidaire et durable

Ces rencontres, organisées dans toute la France par des associations caritatives, ont suscité une affluence inattendue. 

Le grand débat lancé par le président de la République est l’occasion, pour plusieurs associations dont le Secours catholique, le Samusocial de Parisou Emmaüs Solidarité, d’organiser des rencontres et faire aussi entendre la voix des pauvres, des précaires.

« Ils ont beaucoup de choses à dire et nous avons été surpris par l’affluence, 3 000 participants aux 150 réunions que nous avons organisées, dans toute la France, entre janvier et mi-février, raconte Véronique Fayet, présidente du Secours catholique. Ils vont beaucoup plus loin que les politiques, jusqu’à avancer des solutions ambitieuses et généreuses sur les questions de surconsommation, de transition écologique, d’égalité fiscale. Cela pousse notre association à réfléchir sur ces sujets que nous traitions peu auparavant. »

Emmaüs Solidaritéa dû, à Paris, pousser les murs pour accueillir, le 28 février, au débat annoncé à peine quelques jours auparavant, les 400 participants, dont la moitié de migrants, venus de centres d’hébergement et d’accueil de jour ou rencontrés au cours des maraudes : « Chez les migrants, il y a un fort désir de prendre la parole pour affirmer que, contrairement à ce qu’ils entendent dans certains discours politiques ou au guichet des préfectures, ils ne sont pas là pour profiter de quoi que ce soit, de la protection sociale ou de la solidarité nationale, et qu’ils veulent travailler, contribuer à la vie de la société », rapporte Bruno Morel, directeur général d’Emmaüs Solidarité.

La fracture numérique

Le Secours catholique atenu le registre de ses débats, 800 pages de témoignages spontanés qui racontent l’état d’esprit des pauvres, en France. Des personnes dans la précarité ont expliqué dans le détail leurs fins de mois difficiles, le poids des dépenses contraintes qui oblige à des sacrifices et des choix impossibles entre se nourrir, se chauffer, se déplacer ou se soigner. Paroles entendues : « Mon fils dort sur un matelas gonflable »« je ne me chauffe pas, je ne chauffe que la chambre des petits ». Des seniors aux retraites comptées regrettent de ne plus aller voir leurs enfants, car le transport revient trop cher.

Chez les actifs, c’est l’emploi morcelé, précaire, intérimaire qui est dénoncé « Ma fille est auxiliaire de vie, ses frais de déplacement augmentent mais ne sont pas compensés », « mes enfants travaillent mais ne s’en sortent pas »« l’emploi stable n’existe plus »« notre grand malheur, c’est que tout est retombé dans la finance »« on est des numéros, les actionnaires sont les patrons »« ce sont les multinationales qui dirigent le monde, pas le gouvernement »« ce ne sont pas nos représentants qui décident mais des sociétés privées », « la République a été vendue. »

Les services publics ne sont plus perçus comme « au service du public » : « Dans les bureaux, il n’y a plus personne pour nous écouter »« les dossiers ne sont jamais complets et quand ils perdent les dossiers, c’est nous qui perdons nos droits »« il y a de la maltraitance administrative ». La dématérialisation des démarches est en cause : « Si tu sais pas faire sur Internet, tu peux aller te faire cuire un œuf. »

Véronique Fayetle reconnaît : « Nous avons pris conscience de l’ampleur de la fracture numérique. Ce n’est pas qu’une question de zones mal desservies ou de compétence en informatique : posséder un ordinateur connecté à Internet coûte cher. Les pouvoirs publics ont prétendu que le numérique permettrait de dégager du temps pour les travailleurs sociaux et les administrations afin d’être plus à l’écoute, mais c’est l’inverse qui se produit : les administrations sont de plus en plus inhumaines », juge-t-elle.

Petites phrases du président

Les participants au débat pointent aussi un Etat qui se désengage au profit du privé, en prenant l’exemple des autoroutes, des Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et des transports collectifs : « Il n’y a plus de bus pour amener les enfants à l’école »« on est à la campagne, j’ai une vieille voiture : si elle lâche, je ne sais pas ce que je vais faire ».

L’accès à la santé est source d’angoisse : « Les médecins ne se déplacent plus »« pour me faire soigner, il faut que je fasse de l’auto-stop ». Bruno Morelconfirme : « Parmi les migrants, beaucoup de bénéficiaires de l’aide médicale d’Etat se heurtent au refus de médecins, de dentistes de leur accorder un rendez-vous. »

Certaines petites phrases du président de la République ont fait mal : « Nous, retraités, on a l’impression de manger le pain de ceux qui travaillent »« aujourd’hui, les gens qui ont peu de moyens ne sont pas respectés »« on nous prend pour des idiots »« c’est la richocratie : un riche, élu par les riches », résume un participant.

A noter : alors que la liberté de sujets était totale, aucun débat, aucune prise de parole n’a porté sur l’immigration, la laïcité ou la réforme institutionnelle.

« C’est un regard pessimiste, commente Véronique Fayet, mais lorsqu’on aborde les solutions, on entend un appel à une société plus fraternelle et généreuse, à sortir de l’hyperconsommation, à lutter contre le gaspillage, prôner le recyclage, le réemploi, le covoiturage, à combattre la précarité énergétique et à remettre l’Etat au service de tous, dans un esprit de justice sociale. »« La confiance dans les associations nous oblige à porter cette parole », affirme Bruno Morel. « Tout ce qui a été dit doit remonter »,appuie Mme Fayetqui s’apprête à remettre les 800 pages de doléances et de propositions au premier ministre.

Par Isabelle Rey-Lefebvre  Publié  dans le Monde du 5 mars 2019

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/03/04/les-grands-debats-des-precaires-l-envie-d-une-societe-plus-solidaire-et-durable_5430971_3224.html?xtmc=associations_caritatives&xtcr=1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article